ESCALES


Sur l’aile de la folie

Tais toi, écoute, j’entends crier. C’était le titre d’un montage réalisé à partir de textes de Topor " Le portrait en pied de Suzanne ", de Copi " Loretta Strong ", de Cocteau… L’itinéraire d’une conscience : du désarroi à la chute.

Les Nouvelles Frontières (Tiré de quatre nouvelles extraites du recueil : L’ombre et autres balivernes)

Par delà la ligne de crête (Tiré de quatre nouvelles du recueil : La corde d’Anamer)

Dans ces deux pièces, des monologues alternés. Les destins de ces créatures s’entrecroisent et le cri répond au cri. C’est l’exploration des " Border-lines ", ces états de consciences qui précèdent la folie. Rupture d’un quotidien rassurant et l’irruption d’un monstre intérieur ou extérieur… Mais cette dérive, douce ou brutale, n’est elle pas désirée ?


Françoise Blanchet en sorciere dans Le rayon vert
Françoise Blanchet
Le rayon vert

 

Pièces Parodiques

La malédiction du Professeur Essef (ou Le chromosome 24 ne répond plus) Pièce de science fiction. Un savant fou, bien sûr, des mutants c’est normal, mais aussi les Bluebels girls et le frnch cancan

36 chandelles pour Mister Chase. Pièce policière. Un écrivain disparaît, quelques crimes, des monceaux de papier dans une valise ! Les éditeurs sont ils dans le coup… ?

Les phylactères se font la paire. La thématique et le style des bandes dessinées. Des Pieds Nickelés à Lucky Luke et de Platon à Barbarella

Le chantier. Opéra bouffe et immobilier. L’appel d’offre pour la construction de la porte du paradis. En alexandrin et chanté les mille et une embrouilles au royaume du bon Dieu… et le patron est loin d’être innocent.

Marcoux en clown rouge Marcoux rouge rougej Marcoux Suzy rouge rougej rougejpg72.jpg (2204 octets)

Six spectacles pour enfants avec les clowns Réobaz et Kronaxi
SUZY HERSE ET CLAUDE MARCOU

Serge Blanchet en Clown Blancsergeserge et Serge  Blanchet  sergesergeserge

(En avant, Mars - Au pôle Nord - In ze désert - Le retour des dents de la mer - Jurassic Parc, suite - Le rayon vert)

 


l'île. Il pleut...

L'île

 

ile salut

L'île

L’île

Cette île est une sorte d’art poétique : une réflexion sur le théâtre, son écriture, l’incompréhensible puissance d’évocation sur le public des phrases prononcées par les acteurs. Ce qui fait que toute chose énoncée sur scène devient réelle, possède aussitôt " la vérité des écritures ".. L’île c’est la pièce en train de se faire. De même que le décor est un amoncellement hétéroclite d’objets provenant de toute part, le texte es nourri d’apports non homogènes. La plupart des répliques proviennent de deux sources également distribuées : les vingt six chants de la divine comédie et les vingt six versets de l’Exode, à ces emprunts s’ajoutent, (un coup sur trois), les élucubrations des protagonistes. Le pari fonctionne et cette île, malgré sa tendance à s’effilocher, parvient à flotter jusqu’au baisser du rideau.

     Haut de page                         Page suivante