JONATHAN ?


Qui se souvient de Jonathan ?


Jonathan, c’est lui.
Jonathan, c’est l’autre : c’est celui que les personnages connaissent et dont ils parlent. Ils l’ont sans doute connu dans leur existence antérieure, une vie propre, indépendante de la scène et de l’auteur. C’est une façon de dire l’arbitraire du théâtre où toute les répliques se doivent de servir à l’économie générale, une manière de contraindre le spectateur à voir les acteurs lui échapper, échapper aussi à la scène et même à l’auteur. De pièce en pièce Jonathan est revenu souvent affligé d’une calamité personnelle. C’était un passage obligé.
Il en était d’autres...



Passages obligés

Clins d'œil ou private jokes, une autre façon de dire l'arbitraire de l'écriture théâtrale, sa liberté aussi. D'une pièce à l'autre, dans des situations semblables, des phrases identiques sont prononcées. C'est la scène du coucher où l'on décide de la place de chacun. "On est vendredi, c'est jour d'Anantole" (Ici et d'ailleurs).
D'autres fois, le passage obligé est marqué par une partie chantée et dansée : le tango des Affreux, (Affaires vous concernant),  la valse aquatique, (L'île), la java des cimetières, (Les herbes amères), le tango du vingtième, (Ici et d'ailleurs)

James Hadley revisité par Jean Lesne et Claude Marcoux
36 chandelles

Serge Blanchet, Jean louis Kahn, Christiane Seguin entre deux Chase
36 chandelles


L’œil à facettes

Le spectacle se déroule sur trois aires théâtrales : (Affaire vous concernant). Le décor représente l’intérieur de trois appartements contigus : (Les voisins). Une action simultanée se déroule sur un autre podium : (Qui se souvient de Jonathan ?). Ces indications en début de texte montre bien que nombre de pièces courent plusieurs lièvres à la fois. La mise en rapport de situation historique semblable, jeu de ressemblances, d’écho a pour fonction de mettre le spectateur en alerte, d'en faire un spectateur actif, responsable, adulte.



 


L’effet boule de billard

Quelquefois cette mise en écho permet d’éclairer indirectement une autre réalité, révélant, comme par ricochet, un non dit, un tabou. Dans " Affaire vous concernant ", pièce basé sur les trois crimes de Guevara Kennedy et Lumumba, c’est d’un quatrième meurtre dont il est question en coulisse, celui-là nous concernant de tout prêt : l’assassinat de Ben Barka. Mehdi Ben Barka est l’invité absent, et sa chaise vide en dit long ! Dans " Cortez-Montesuma " à travers le heurte des deux cultures Espagnole et Mexicaine c’est de la colonisation Française qu’il est question et de la destruction au Maroc des valeurs ancestrales.

Page suivante

Bienvenue

Parcours

Jonathan 

Mémoires

Plurielles

Escales

Publications

Salut